Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 juillet 2009

Reviens Marcel !

duchamps.jpgMême si on n'affiche pas haut et fort ses idées sur son lieu de travail, immanquablement on est percé à jour par divers réflexions ou comportements. Ce n'est pas que les sujets de discussion volent très haut, mais il n'est pas rare que les uns et les autres donnent leur avis. Comme il m'est de plus en plus difficile de terminer une débat par "soit" ou "certes" je tranche et jette un pavé dans la marre, c'est  "l'ouverture" deuxième partie de la conclusion mais apparemment cette "ouverture" n'est plus trop dans l'air du temps. Il vaut mieux fermer sa gueule et ne pas relier les évènements entre eux sinon on laisse un petit goût de suspicion.


C'est bien ce qu'il m'arrive, je ne suis pas catalogué comme quelqu'un de normal. Je m'en suis vraiment rendu compte par un petit signe qui aurait pu paraître anodin mais qui en y réfléchissant bien s'avère fondamental. J'étais tranquillement devant l'urinoir à mes petites affaires quant la porte des sanitaires s'est ouverte. Un collègue en est sorti et m'a dit : "ça ne m'étonne pas, il n'y a que toi dans l'entreprise pour utiliser l'urinoir !". C'est un des nombreux symptômes de notre époque, les hommes vont pisser dans les toilettes (avec porte et papier), ils ont peur de je ne sais quoi alors que ce petit coin était traditionnellement le dernier endroit où toute pudeur était bannie. Sachez donc, messieurs, que pisser dans un urinoir est réactionnaire. Pour ceux qui n'ont pas ce genre d'outil sous la main et sont à la campagne, un arbre aura la même utilité et produira le même effet sur les consciences politiques. On en est là...

 

17 juin 2009

Liberté, choucroute, fraternité

egalite.jpgOn nous bassine à longueur de temps avec l'égalité. Nous sommes tous égaux, il faut respecter l'égalité des chances et cetera, j'en passe et des meilleurs. Soit. Admettons. Tout cela est bien beau. Surtout ne pas s'aviser de prôner le contraire, la discrimination, l'élitisme, la sélection sinon un pasdaran viendrait illico presto nous remettre dans le droit chemin en faisant appel à notre conscience, aux valeurs : "tu ne peux pas dire ça !!"


Il se trouve qu'à la Bang Bang aéronautique, là où je travaille, ça ne va pas très fort. On a voulu vendre des avions à réaction fonctionnant avec un carburant vert. Mais voilà, patatras, la réaction ne fonctionne pas avec de la salade, il lui faut un carburant venant des tréfonds de la terre, pas de la surface. Surtout quand on vend principalement à des peuplades qui, outre, la peau de chèvre, sont producteurs de cet or noir et pour qui les végétaux se résument à de l'herbe pour le terrain de golfe.


Tout ça pour dire que grâce à certains visionnaires qui ont trop regardé la télé le développement durable mène provisoirement au chômage durable pour une partie des salariés. Et c'est là que j'ai bu du petit lait en assistant aux réunions (en ma qualité d'élu - campagne effectuée auprès des femmes et des poivrots...) du Plan de Sauvegarde de l'emploi, ex-Plan social, ex-Plan de licenciement. Au côté de tous ces messieurs des syndicats rouges et rouges foncés j'ai assisté au plus grand déni d'égalité qu'il soit, notamment lors de la discussion sur les critères qui allaient désigner les futurs licenciés. Jamais il n'a été question d'égalité, au grand jamais. Malheur à celui qui aurait eu le toupet de proposer la stricte égalité pour tous, sa tête aurait roulé dans le panier pour crime de libéralisme effréné. L'égalité était balancée aux orties, la discrimination s'imposait à tous de façon naturelle. Je me suis bien gardé d'évoquer l'expression d'inégalité protectrice pour les confirmer dans leur façon de penser il arrive parfois qu'un de ces gars-là ait un brin de culture du camp d'en face.
Mettre l'égalité sur la table c'est une chose mais sur le terrain c'est autre chose, la discrimination s'impose à tous naturellement. Quant à la discrimination positive c'est encore un autre sujet, un sujet défendu par les racialistes, les descendants des nazis.

 

25 juillet 2008

Un maître !

Est-ce possible d'atteindre un si haut degré de perfection ?