Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 août 2011

Nichons

A midi je me suis fait une fillette, pas la jeune fille aux socquettes blanches et aux boucles vernis mais la bouteille de 46 cl au gros cul qui fait loupe. J'ai eu tout loisir de penser aux insanités entendues peu avant à la radio et en tirer quelques conclusions définitives. Ainsi notre grand vizir, après 30 ans d'inaction, a décidé d'inverser la tendance sous le poids de la dette. Pour aller chercher quelques milliards il a décidé de taxer le tabac, l'alcool et les sucres ajoutés. Va pour le tabac, parait que c'est pas bon. Passe encore pour l'alcool mais point trop n'en faut sinon on ne pourra plus s'arsouiller qu'au Ritz. Quant aux sucres ajoutés il y a longtemps que ça aurait dû être fait, et en plus je ne connais pas de buveur de coca. Bizarre quand même cette idée de taxer les sucres ajoutés, pourquoi pas le gluten, le jus de papaye ou les vis à tête plate de 34 mm ?


Une fois torchée la fillette et venu le temps de rhabiller la gamine, j'ai fini par voir clair dans le jeu de Fillon. Une vraie décision de l'anti-France, de buveur d'eau. L'alcool et les sucres ajoutés. C'est une manière de double peine pour les producteurs de Beaujolais nouveau ! Comme chacun le sait le beaujolais peine, et on le comprend, à être au top de sa forme alcoolique à peine 2 mois après les vendanges, alors les producteurs sont souvent obligés de faire appel à Chaptal (ajout de sucres pour forcer la nature). Ainsi le beaujolais nouveau sera taxé pour ce que la nature lui a donné et pour ce qu'elle n'a pas su lui donner. C'est proprement scandaleux, ubuesque et moscoutaire !!! Je demande donc une demi-niche fiscale pour le beaujolais nouveau.

25 juillet 2008

Les téléphones s'enfilent

"Attendu le flot d'insultes, calomnies, soupçons et autres malveillances, désormais aucun commentaire ne sera mis en ligne s'il n'est pas signé du nom, de l'adresse et du numéro de téléphone de son auteur. Bien entendu, cette dernière partie ne sera pas rendue publique. L'honorabilité du blog maintenue durant trois années ne saurait être anéantie à cause de mensonges colportés exclusivement pour nuire. Désolé d'en arriver là mais vient parfois le moment de ramener chacun à la raison."

telephone.jpgCette belle phrase prononcée sur le ton de la dignité outragée n'est pas de votre serviteur. Aucune insulte sur ce blog où pourtant la liberté est totale. Nous devons ce cri d'alarme au sieur Alain Lambert, partisan du NON à la réforme institutionnelle jusqu'à ce qu'il inverse son vote (comprendre OUI) après un coup de fil bien senti du grand sachem. Et comme il a obtenu le lendemain du vote la présidence de je ne sais quel comité Théodule les gens s'interrogent...

On notera que la réforme qui vient d'être urnée prévoit comme l'une de ses principales mesures que le grand sachem puisse se rendre devant le powow (assemblée nationale). Apparemment il a déjà le numéro de téléphone de tous les parlementaires pourquoi a-t-il besoin d'aller se faire voir au palais Bourbon ? Economie ? Si ce n'est que ça je veux bien lui filer le report de mes unités...

22 juillet 2008

Lang de Turc

Hier la 24è réforme de la constitution de la 5è république a été adopté par le Congrès. Tout un charivari. Passera-t-y ? Passera-t-y pas ? On appelle les récalcitrants, on promet des portefeuilles, on menace à demi-mot... bref comme dirait le premier ministre "la démocratie l'a emporté". Si c'est ça la démocratie, tu te la gardes ! On en oublierait presque le principal, d'ailleurs personne n'en parle plus à cause de tout ce brouhaha tellement plus important. La TURQUIE ! Le processus d'adhésion de la Turquie à l'Europe. Tout le reste n'est que verbiage. Savoir si le président a le droit d'aller ou non à l'Assemblée nationale ? Qu'il y aille après tout, il se permet déjà de téléphoner aux députés et de les recevoir chez lui pour acheter leur vote, et puis ça réduira les frais de bouche à l'Élysée.

turc.jpg"Article 88-5. Tout projet de loi autorisant la ratification d'un traité relatif à l'adhésion d'un État à l'Union européenne et aux Communautés européennes est soumis au référendum par le président de la République."

Jusque là tout va bien, il faut un référendum pour valider l'entrée de la Turquie... mais lisez la suite.

"Toutefois, par le vote d'une motion adoptée en termes identiques par chaque assemblée à la majorité des trois cinquièmes, le Parlement peut autoriser l'adoption du projet de loi selon la procédure prévue au troisième alinéa de l'article 89. "

Ce qui annule la première phrase complètement inutile. Un petit vote du Congrès à 95 %, comme d'habitude sur l'Europe, et le tour est joué !