Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 février 2009

Wacisme

cesaire.jpgSous la pression populaire en Guadeloupe le gouvernement vient d'accéder aux revendications notamment celle portant sur la préférence guadeloupéenne. Personne n'est choqué en France, surtout pas le ministre des DOM-TOM (expression technocratique pour ne pas dire colonies) pour qui le respect des lois voire de la Constitution est une lubie de vieux cons imperméables au progrès. Seulement voilà, la Guadeloupe est un département français, c'est à dire que c'est la France (ça me rappelle quelquechose, n'est-ce pas Rachid ?... ça sent pas bon pour les Békés...) et donc qu'on y respecte les lois de la même manière que dans le Poitou. La préférence régionale ou départementale est donc une idée complètement farfelue. Mais admettons cette idée elle pourrait déboucher sur une jurisprudence intéressante.

Comment faire donc pour appliquer cette mesure, car on peut imaginer que les Guadeloupéens vont, en plus de signer ces bouts de papier, demander à ce qu'on les respecte ? D'un point de vue juridique il va falloir déterminer ce qu'est un Guadeloupéen. C'est là que le sport commence ! A ma connaissance on ne fait aucune mention de l'origine d'un citoyen sur sa carte d'identité. On pourrait prendre en compte le lieu de naissance. Oui, mais l'histoire récente prouve qu'on peut naître quelque part presque par hasard sans faire partie du peuple qui nous a laissé une petite place. Oublions donc le lieu de naissance qui ne garantit en rien de la pureté guadeloupéenne... Pour aller droit au but, y a-t-il d'autres critères que celui de la couleur de la peau et de la faculté à parler en remplaçant les "r" par des "w" (pwofitasyon, ce n'est pas moi qui le dit) ? On nage en plein racisme ! On pourrait à ce moment-là aller encore plus loin dans la guadeloupéanitude à l'instar de nos bobos qui ont toujours la faculté de distinguer clairement les situations dès lors qu'elles sont à l'étranger : laisser le pays aux premiers occupants. Hélas il n'y a plus d'autochtone dans ces îles, ils ont tous disparus. Ceux qui sont arrivés ensuite sont ceux qui sont descendus en premier des bateaux, les Blancs ! Donc la Guadeloupe aux Blancs ! CQFD


PS : démonstration valable aussi pour la Martinique mais pas pour Haïti où les Blancs ont été depuis longtemps foutus à la mer.