Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 février 2013

Montebourg racketteur

Vous le savez bien*, le patron de Titan a écrit une lettre à Montebourg pour lui dire que son usine de pneu à chômeurs et à gros rouges qui se fâchent il pouvait se la carrer dans l'oignon. Colère du ministre qui commence a en avoir un peu marre de se faire jeter par n'importe qui. Alors notre bon ministre se fend d'une lettre à notre gros capitaliste qui ira investir son pèse dans un pays où on ne bride que les yeux. La lettre est pathétique tellement les arguments sont grossiers et éculés. En quatrième je n'osais déjà plus écrire qu'on est copain avec les Ricains parce que Lafayette et Omaha beach. C'est vraiment de la grosse ficelle ampoulée bonne pour les salons de vieilles dames qui n'ont pas vu que le monde avait un peu évolué depuis Necker ou Truman.

Si vous avez le temps vous pouvez lire cette lettre, elle est vraiment drôle, mais il ne faut surtout
pas louper le dernier paragraphe :


"En attendant, soyez assuré de pouvoir compter sur moi pour faire surveiller par les services compétents du gouvernement français avec un zèle redoublé vos pneus d'importation. Ils veilleront tout particulièrement au respect des normes applicables en matières sociale, environnementale et technique."


J'avais déjà fait une note sur le caractère mafieux de l’État français, il apparait encore au grand jour. Montebourg se prend vraiment pour pwésident de l'ex-AEF, chef de guerre, chef de clan et surtout chef de mafia. Depuis quand un ministre d'un pays civilisé se permet de menacer de racket (car il s'agit de cela) par voie de presse un ressortissant étranger. "Si tu me donnes du fric pour les cocos de l'usine good year, je laisserai passer tes pneus à la frontière." On remarquera en plus la fausseté de la dernière proposition. Nos douanes laissent TOUT passer, surtout les produits concurrents d'un point de vue social, elles ne veillent donc à RIEN. Un bon socialiste qui a voté Maastricht devrait savoir ça...

 


* même incipit que le journal télévisé, qui révèle ainsi toute son inutilité...

11 février 2013

Google racketté

Il y a quelques jours un accord a été passé entre l’État et Google à propos du paiement des liens que Google utilisait pour ses news en ligne. Pour rappel les principaux sites journalistiques réclamaient de l'argent à Google arguant du fait que ce dernier utilisait du contenu produit par les journalistes de ces fameux sites d'information. Ceux-ci semblaient d'ailleurs oublier que leurs journalistes ne faisaient que copier mot à mot les dépêches de l'AFP ou simplement se recopier entre eux. En somme Google était bien gentil de mettre ces sites en lien sans cela ils n'auraient eu aucune visite et donc beaucoup moins de revenus publicitaires.

Mais Google a quand même payé bien qu'étant dans son bon droit. Par peur de voir l'ensemble de ses revenus fiscalisés par une nouvelle loi sur les revenus d'Internet ? En attendant Google a donné de l'argent pour la presse sur Internet (la presse officielle, rassurez-vous). Quid de Yahoo, de Lycos, de Caramail ? Ce sont aussi des portails qui comptent et dont la part de marché est non nulle. Seul Google, portail ayant un monopole, a été taxée, en vertu d'aucune loi. Donner de l'argent sans être contraint par la loi. Donner de l'argent sans être contraint par la loi. Donner de l'argent sans être contraint par la loi. Encore une fois pour que ça rentre bien dans la tête ? Donner de l'argent sans être contraint par la loi. En bon français, ça s'appelle du racket. L’État français est donc une mafia, dont François le Batave est le parrain. C'est officiel, et ça s'est passé devant les yeux de tous...