Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 janvier 2009

Déraille

fusil.jpgApparemment il y a beaucoup d'utilisateurs de la ligne 13 qui viennent sur ce blog. Ces lecteurs, mais aussi beaucoup d'autres en France - le métro parisien n'ayant pas l'exclusivité de l'incompétence - connaissent trop bien la formule d'excuses : "Nous vous remercions de votre patience et de votre compréhension". Alors là, voix automatique, je t'arrête tout de suite, je ne te demande pas de me remercier car il n'y a vraiment pas de quoi, je n'accepte les remerciements qu'après avoir reçu quelquechose. En l'occurrence j'ai donné de l'argent et je n'ai pas de service en échange, pas de quoi être complice de ces gens-là qui nous remercient pour faire oublier leur incompétence crasse. Quand j'entends ça je regrette de ne pas avoir mon 12 sur moi pour descendre les hauts-parleurs à la chevrotine, faute de speakerine visible, ce qui serait un vrai plaisir et beaucoup plus facile à avoir qu'un perdreau en plein vol venant sur soi.

 

Réfléchissons deux secondes à cette phrase, pas trop quand même car il ne faudrait pas épuiser le quota quotidien d'environ 25 secondes de réflexion (en cumulatif, ce qui n'est déjà pas à la portée de tout le monde si on réfléchie bien mais pas trop non plus, encore). On nous remercie de notre patience mais on n'y peut rien, on ne peut rien faire d'autres qu'attendre même si on ne le souhaite pas, les remerciements sur ce chapitre sont donc incongrues voire un brin narquois.

 

cartouche.jpgQuant à la compréhension, non ! Nous remercier de notre compréhension c'est nous faire admettre qu'on les comprend. Encore du foutage de gueule ! Il faudrait être bien bête pour comprendre/admettre qu'un jour sur deux rien ne marche comme il faut ou alors cela voudrait dire que cette anormalité est normale mais donc ce message n'aurait plus lieu d'être. Bref, on se fout littéralement du voyageur qui prend le train ou le métro. Au lieu de nous remercier peut-être pourraient-ils commencer par présenter leurs excuses ?