Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 juin 2009

Font suer le burnou !

burqa.jpgLa burqa, ça se discute. On peut imaginer dessous une merveilleuse femme (nue ?) pleine de charme et de formes. Hélas il se peut aussi que ce soit un barbu sans dent avec une Kalash le long du corps comme dans les mosquées d'Islamabad. Au nom du principe de précaution je suis donc contre tout type de travestissement qui serait susceptible d'engendrer des méprises donc des incompréhensions donc un mauvais échange interculturel.


C'est l'été, il fait beau, mettez-vous en juppe ou en robe mesdames, que diable ! Nous ne voulons pas voir des coutures mais des rebords. Nous ne voulons pas être privés de seins mais en voir une petite moitié afin d'imaginer l'autre. Nous ne voulons pas voir des chaussettes dans des Geox mais des plantes de pied délicatement pliées dans des ballerines. Pas de capuches à grillage comme les lapins en clapier mais des barrettes ou des crayons à papier dans les cheveux. Des bagues, des boucles d'oreille, des petites montres, des bracelets, des colliers, des bas s'il fait un peu frisquet, de ravissants sacs à main et des cheveux déposés sur l'oreille.

15 avril 2009

Déshabillez-vous(e) !

vichy.jpgLa période actuelle est charnière dans l'année. C'est le printemps, la renaissance de la nature. Les ours sortent des cavernes mais c'est surtout les fonds d'armoire qui reviennent aux avants postes. Ainsi donc il y a un jour dans l'année où la tenue vestimentaire change radicalement. Les femmes qui étaient la veille en manteau avec cache-nez se retrouvent effeuillées et libérées. C'est un jour que j'attends avec impatience, hélas cette année il se fait attendre. Pour l'instant j'en suis à chercher des raisons à ce regrettable contre-temps. La crise qui barbouille les esprits et fait oublier jusqu'à l'essentiel. Et surtout cette foutue météo à 5 jours qui ne laisse plus place au doute et n'autorise aucun effeuillage intempestif dès les premiers jours de soleil.

Néanmoins, messieurs, ce jour va venir. A nous les petites jupettes, les petits bodys, les épaules dégagées, les ballerines, la fraîcheur quoi. Non seulement notre oeil sera émoustillé mais ce sont tous les sens qui se verront perturbés. Le beaujolais va reprendre du fruité, la bière de l'amertume (plus besoin de picon), les rognons seront plus saignants et la cervelle n'en sera que plus légère. Vive la France, vive le printemps, vivent les décolletés, les poires, les pommes et les melons !