Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 janvier 2009

A un yuka près

bebe.jpgComme le métro de la ligne 13 fonctionne aussi bien que les bus de Marseille ou les camions-poubelles d'Orléans, il faut prendre son mal en patience et traiter tout cela par le mépris. On vaut quand même plus que cela !


J'écoutais parler les petits hommes oranges qui servent à fermer manuellement les portes automatiques des wagons aux heures de pointe. Ils avaient fini leur service laissant donc, dès lors, les portes automatiques se fermer seules, imperturbablement automatiques à l'inverse des antibiotiques. Ces petits hommes oranges, ces hommes de couleur devrais-je dire, parlaient entre eux. De quoi me direz-vous ? De nanas bien sûr ! Comme toujours lorsqu'on entend parler d'histoires d'amour dans le métro ça ressemble furieusement aux séries américaines, ça parle de romantisme et de dîner aux chandelles mais on est loin de Madame Bovary ou d'Henriette de Mortsauf. On est plutôt aux pages psychologies d'un mauvais magasine féminin (Y en a-t-il des bons ?). A proprement parler ça ne m'intéressait pas beaucoup mais une expression m'a ravi au plus au point : "ça m'a éclairci la lanterne". Quand on entend ce type de poésie on peut dire que la journée commence sous les meilleurs "hospices".
Il est remarquable depuis quelques temps que les expressions ou les proverbes sont sévèrement attaqués. La tendance actuelle est le mélange de plusieurs expressions.

Alors jouons :


Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué.
Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain.

deviennent
Il ne faut pas jeter le bébé avant de l'avoir tué.