Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 mai 2011

Cannes fait son cinéma

Lars von Trier aurait dit :

« Je pense que je comprends l'homme. On ne peut pas dire que ce soit quelqu'un de bien mais je comprends beaucoup de choses à son sujet et j'ai un peu de sympathie mais enfin, je ne suis ni pour la Deuxième Guerre mondiale ni contre les juifs. (...) Ok, je suis communiste.»

Avec une pareille déclaration à propos de Staline gageons qu'il ne sera pas loin de la palme d'or, ou qu'il aura tout au moins les faveurs de la presse.

12 novembre 2010

Ausweiss bitte !

Régis Debray vient de sortir un livre salutaire intitulé Eloge de la frontière. Ça ne va pas trop dans l'air du temps, on se croirait revenu au temps de de Gaulle. Sauf que ! Sauf que notre premier magistrat vient de rappeler (verbe très mal choisi, on aurait pu mettre inventer) dans son discours commémorant le 40ème anniversaire de la mort de Charles de Gaulle qu'il était celui qui avait "ouvert les frontières". J'ai beau chercher je ne vois pas quelle frontière il a enfoncée dans son existence sauf peut-être une ligne de démarcation (mais il n'était pas tout seul sur ce coup là). Heureusement que je ne suis pas gaulliste sinon j'aurais fait bouffer au petit un Petit-Calmart en dessert. La récupération, toujours la récupération ! Dieu me préserve d'avoir des idées récupérables ! C'est bien notre avantage à nous, irrécupérables, c'est que même nos adversaires veillent à l'orthodoxie de notre pensée, on a presque plus besoin d'en rajouter.

Si Sarkozy juge un grand homme à l'aune de sa capacité à enfoncer les frontières, il est possible de lui suggérer des hommes qui se sont faits des spécialistes de la discipline. On peut supposer que dans sa tête la frontière représente le mal absolu car elle est contre le libéralisme et les intérêts du grand capital. Ainsi donc ses modèles pourraient être celui qui le premier au 20ème siècle a tenté de construire une "Communauté européenne" (le mot est de lui, lire Mein Kampf) allant de l'Atlantique à l'Oural ou celui qui le deuxième (mais pas de beaucoup) a tenté de construire une autre Europe allant de l'Oural à l'Atlantique. Pour le coup ils en ont cassé de la barrière douanière, et plus au sens propre qu'au sens figuré, à coup de Panzer ou de Katioucha. Et de Gaulle dans tout ça ? Il était à Londres, protégé par une frontière et une mer, et ne rêvait que de rétablir des frontières tout autour de la France. Enfin il me semble que ça s'est plutôt passé comme ça...