Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 janvier 2013

Filipetti était joignable

Cette histoire est insignifiante mais c'est l'excuse du ministre qui est fascinante. Elle a dit qu'elle était "joignable". Que peut bien vouloir dire à notre époque moderne ce terme ?
- Qu'elle veut crâner en laissant sous-entendre qu'elle a un téléphone portatif ? Sans doute pas, c'était vrai il y a 15 ans mais depuis la fièvre est retombée.
- Que son employeur connait son numéro personnel ? C'est valable pour tous les salariés.
- Qu'il y avait le téléphone dans son hôtel ? C'est maintenant vrai dans tous les pays de crève-la-faim à plages de milliardaires.
- Qu'elle avait promis qu'elle décrocherait le combiné bien qu'elle soit en vacances ? On ne peut pas douter qu'au niveau où elle est elle ait une conscience professionnelle.

Ce "joignable" restera un mystère nous laissant dans un abîme de perplexité...


26 novembre 2008

C'était mieux avant (IV)

telephone.jpgOn est souvent dérangé dans le métro par des gens qui répondent au téléphone. Ca commence par "Allo Philippe !". Au ton de la voix on comprend bien qu'il s'agit du prénom de celui qui appelle. Pourquoi ce retournement de situation ? Peut-être tout simplement par ce que celui qui répond ne peut pas s'empêcher de montrer qu'il dispose de la toute puissante option "Affichage du numéro appelant". Si l'on est dans le wagon de celui qui répond on trouve déjà cette façon de faire un peu énervante mais elle l'est encore plus si on est précisément celui qui appelle. Quand j'appelle Pierre je ne suis pas totalement sûr de tomber sur lui en revanche je suis absolument convaincu de m'appeler Philippe...
En plus d'être complètement stupide cette façon de faire révèle que la personne, lorsqu'elle a un coup d'avance (savoir qui appelle), le dévoile d'emblée. Pas très malin. On regrette les "Allo j'écoute" sur un ton froid ou les "Allo, qui est à l'appareil ?" sur un ton méfiant. Celui qui appelait avait au moins le privilège de voir changer le ton de la voix si en se présentant il faisait plaisir à son interlocuteur. Une vraie surprise créée par la magie du téléphone, appareil qui permet de parler à une personne que l'on ne voit pas. Maintenant que l'on peut connaître le numéro appelant (ce qui peut se révéler utile et salvateur parfois) la magie est brisée alors il faut la feindre et conserver le "Allo, qui est à l'appareil ?".

 

25 juillet 2008

Les téléphones s'enfilent

"Attendu le flot d'insultes, calomnies, soupçons et autres malveillances, désormais aucun commentaire ne sera mis en ligne s'il n'est pas signé du nom, de l'adresse et du numéro de téléphone de son auteur. Bien entendu, cette dernière partie ne sera pas rendue publique. L'honorabilité du blog maintenue durant trois années ne saurait être anéantie à cause de mensonges colportés exclusivement pour nuire. Désolé d'en arriver là mais vient parfois le moment de ramener chacun à la raison."

telephone.jpgCette belle phrase prononcée sur le ton de la dignité outragée n'est pas de votre serviteur. Aucune insulte sur ce blog où pourtant la liberté est totale. Nous devons ce cri d'alarme au sieur Alain Lambert, partisan du NON à la réforme institutionnelle jusqu'à ce qu'il inverse son vote (comprendre OUI) après un coup de fil bien senti du grand sachem. Et comme il a obtenu le lendemain du vote la présidence de je ne sais quel comité Théodule les gens s'interrogent...

On notera que la réforme qui vient d'être urnée prévoit comme l'une de ses principales mesures que le grand sachem puisse se rendre devant le powow (assemblée nationale). Apparemment il a déjà le numéro de téléphone de tous les parlementaires pourquoi a-t-il besoin d'aller se faire voir au palais Bourbon ? Economie ? Si ce n'est que ça je veux bien lui filer le report de mes unités...