Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 février 2014

Les tweets célèbres (5)

C'est un des tweets les plus célèbres de France, qui est passé du tragique à l'humoristique. Il est désormais employé pour mettre l'accent sur diverses causes qui sont menacées ou déjà en proie à la disparition.

 

"Omar m'a tuer."

 

Ces 4 petits mots ont produits quantité de commentaires et d'ouvrages. Dans ce tweet il y a l'accusation de racisme, Omar n'étant une dénomination ni armoricaine ni américaine, il y a la machination, l'orthographe n'étant pas digne de l'éducation de son auteur, il y a surtout une dénonciation on ne peut plus claire d'une personne qui a vu son assassin mais dont le témoignage est mis en doute par l'absence de réitération. Bref, c'est un tweet qui va rester, à tel point que d'aucuns commencent à ne plus y voir la faute d'orthographe, ce qui risque de compromettre à terme l'avenir de tous les participes passés.

 

Les plus pessimistes prévoient même que le "Omar" rentre dans le "Robert", ce qui serait un drame, avouons-le.

11 septembre 2013

Les tweets célèbres (4)

Lors des débats entre les candidats à la course (en sac) présidentielle c'est à qui balancera à la gueule de l'autre le "tweet" qui restera et fera de lui l'édile parmi les édiles. Ainsi en 1974 le regrettable Giscard gagna sa place par un "tweet" qui avait pour but de convaincre les gens de gauche mais qui aurait dû mettre la puce à l'oreille aux gens de droite tellement il était annonciateur d'un programme politique.

"Vous avez un coeur, j'ai un coeur. M. Mitterrand, vous n'avez pas le monopole du coeur !"

Giscard voulait dire en fait que les socialistes n'avaient pas le monopole du socialisme, que la droite allait prendre sa part, faire dégouliner les subventions et les acquis sociaux comme les socialos. Rétrospectivement ce tweet était le véritable programme de la droite pour les 40 années qui allaient suivre (et ce n'est pas fini).



29 janvier 2013

Les tweets célèbres (3)

La morale aujourd'hui est d'excuser les victimes et de vouloir épargner les innocents au risque de laisser dans la nature d'authentiques criminels buveurs de sang. Telle est la morale d'un Badinter qui, la main sur le cœur et le verbe ampoulé, clame à la face du monde qu'il préfère épargner un coupable plutôt que condamner un innocent. A ce petit jeu, à vouloir les épargner, on a tué bien plus d'innocents en relâchant des tueurs.

Pourtant, il y a quelques années, au moment où les Cathares voulaient la "perfection pour tous", Simon de Montfort avait réglé le problème par un tweet parvenu jusqu'à nous (bien que son IP soit contestée). Le sens de la phrase était l'exact opposé de la chienlit badinterienne :

"Tuez les tous, Dieu reconnaitra les siens."


29 novembre 2012

Les tweets célèbres (2)

C'est en 1958 que fut lancé un des plus fameux tweets sur une grande place face à une foule en plein désarroi. Il fut accueilli avec une joie débordante sur des airs de fraternité et de réconciliation.

"Je vous ai compris."

Plus de 50 ans après, ce tweet reste encore en travers de la gorge de ceux qui ont du fuir un pays dans lequel ils étaient nés mais qu'ils ne pouvaient plus appelés "leur" pays. L'auteur de ce tweet fut donc une des personnes les plus honnis de notre histoire récente à tel point que d'aucuns ne veulent même pas citer son nom pour le vouer à jamais à l'oubli. Après coup, beaucoup de ces "trahis" ont reformulé ce tweet de la façon suivante :

"Je vous hais, compris ?"

Nous n'aurons jamais le fin mot de l'histoire, ni l'orthographe exacte de ce cours message puisque l'auteur du tweet a vu son compte supprimé par le grand administrateur peu de temps après de multiples tentatives de piratage.

05 novembre 2012

Les tweets célèbres (1)

La femme du président a définitivement popularisé le "tweet" en l'utilisant pour envoyer dans les caniveaux électoraux l'ex de son jules actuel. Le tweet électronique n'existe que depuis peu, pourtant l'Histoire a toujours vécu avec le "tweet" ordinaire, le bon vieux message sur papier ou radio-diffusé. Ainsi dans cette série nous rappellerons à la mémoire des uns et des autres les plus fameux des messages en moins de 140 caractères.

Pour rendre hommage au dernier des tweets célèbres, celui de la femme du tout-mou souhaitant la victoire de Falorni, la mise en lumière du fameux tweet de Pierre Laval s'impose. Il avait, quoi qu'on en pense, des ambitions un tant soit peu plus élevées que l'élection d'un obscur député des Charentes-Maritimes. D'ailleurs, les députés, il avait réglé leur sort avec le Massilia puis avec l'épisode théâtral du 10 juillet.

"Je souhaite la victoire de l'Allemagne, parce que, sans elle, le bolchevisme demain s'installerait partout."

Un tweet qui lui fut beaucoup reproché. Quand on pense aujourd'hui à tous ceux qui fricotent avec les doryphores, tout en ayant une certaine complaisance pour les cocos... Brrrrr ça fait froid dans le dos.