Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 septembre 2008

Plus d'article

L'article disparait il est le signe d'un autre temps, celui où l'on gardait une certaine distanciation avec les êtres et les choses. Même sur les bleaugues on dit un "post". Mais ce n'est pas de cet article-là dont je voulais parler mais de l'article défini. Vous allez vite comprendre et j'imagine bien qu'en bon réac, ou même tout simplement en bon esthète de la langue française, ce qui revient probablement au même, cette platini.jpgremarque vous auriez pu la faire. Venons-en aux faits, aux délits d'attaque contre le français et le bon goût. "Qu'on est bien dans Twingo", "Pour aller où vous voulez prenez TGV". A chaque fois que j'entends ça dans le poste j'ai la nausée. On personnifie des objets, on les rend vivants afin que le consommateur soit attendri, crache l'oseille puis vive en bonne harmonie avec cet objet qui doit faire partie de son intimité. C'est une des maladies actuelles, il faut que les gens soient familiers avec l'objet dont on leur parle ou qu'on veut leur vendre. Autre exemple, on ne doit plus dire le musée Grévin mais Grévin tout court. "J'emmène mes enfants à Grévin (ou chez Grévin ?)". Sans parler des poubelles qui parlent : "Je recycle pour moins polluer". C'est un crime contre la bonne santé mentale. Et d'ailleurs de quel droit ces gens s'arrogent le droit de changer notre langue ?
" Qu'on est bien dans Twingo..." NON, c'est LA Twingo, LA 305, LE TGV! En revanche "qu'on est bien dans Anne-Sophie" sera préférable à "...dans la Anne-Sophie".