Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 mars 2014

Technique de vote

Pour être un mauvais citoyen il y a plusieurs méthodes : ne pas voter, mal voter ou voter mal... On voit bien les deux premières solutions mais quid de la troisième ? Il s'agit tout simplement de pourrir l'urne au sens littéral. On retiendra principalement deux solutions, et on laissera à la sagacité des lecteurs le soin d'en présenter d'autres. 1. Insérer une merde de chien (petite et plate) dans l'enveloppe. Cette solution requiert un certain savoir-faire car les odeurs risquent de trahir l'électeur avant le traditionnel "a voté". Si l'enveloppe passe, plus rien ne pourra l'en sortir avant la clôture du scrutin. Une journée complète où le bureau de vote baignera dans la merde ! Et pour le coup les socialos pourront voter en se bouchant le nez pour de bonnes raisons... 2. Insérer un sachet en plastique d'huile dans l'enveloppe de façon à ce qu'il ne se renverse qu'au moment où l'enveloppe tombera dans l'urne. Il y aura certes moins d'odeurs mais l'huile pourra anéantir par l'osmose du papier un nombre considérable de bulletins. Dans deux mois d'autres élections...

Publié dans Champagne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vote, merde, huile |  Facebook | |

20 septembre 2013

Le visage humain du socialisme

François Fillon a passé la ligne rouge selon les officines de gauche, il a brisé le fameux "front républicain" inventé de toute pièce, que personne n'a jamais vu ni signé. Quel mal a-t-il fait ? Il n'a pas appelé à voter inconditionnellement pour le candidat PS en cas d'affrontement avec un candidat FN, il a appelé à voter pour le moins sectaire.

Voilà ce qui gêne les socialos :
- que Fillon ne donne pas d'ordre automatique aux électeurs leur interdisant du même coup leur liberté et le droit de réfléchir. C'est ça la démocratie selon les socialos !
- que Fillon sous-entende que des candidats FN puissent être moins sectaires que des PS, ce qui apparemment est confirmé par les socialos eux-mêmes qui, normalement, ne devraient pas être inquiets s'ils étaient sûrs de ne pas être plus sectaires que les FN.

Merci aux socialos qui avouent ainsi qu'ils n'ont rien à foutre de la démocratie et qu'ils sont sectaires. Je commence à leur trouver des qualités...



20 septembre 2012

Supercherie

On était habitué à ce que l'UMP mente à chaque détour de phrase. Cette fois c'est un mensonge énormissime. Certes l'élection de leur nouveau chef et la quête de parrainages qui l'a accompagnée n'intéressent pas grand monde, mais regardons de plu près les chiffres annoncés. Copé prétend avoir recueilli 32000 signatures. Il avait presque la larme à l’œil en annonçant ce chiffre certifié par un huissier (probablement un vrai huissier, celui qui ouvre les portes). C'était sans compter sur Fillon qui arriva quelques minutes plus tard avec des cartons contenant 45000 signatures. Mais lui n'avait pas le rimmel qui coulait, il semblait trouver cela tout naturel.

Cela nous fait déjà 77000 signatures en tout, auxquelles on peut ajouter celles obtenues par les autres candidats qui ont finalement lâcher le morceau. On peut raisonnablement estimer à 85000 le nombre de signatures récoltées par tous les candidats. Combien y a-t-il d'adhérents à l'UMP ? Parmi ceux-là, combien auraient eu le cœur ou l'envie de renvoyer un bulletin pour apporter un soutien à des candidats qui, tous autant qu'ils sont, ne représentent même plus l'idéal de l'électeur de droite ?

Au moins au PS on ne se cache pas derrière un paravent démocratique, on nomme le chef sans demander l'avis des militants. Il faut dire qu'ils ont déjà donné dans le trucage d'élections.

01 avril 2010

Le cens du vote

Montebourg révèle en avant première la manière dont se déroulera le vote des primaires du parti socialiste. C'est vraiment un point délicat pour ce parti qui n'a pas vraiment l'air d'être habitué à la démocratie interne. Le principe même des primaires n'est pas admis par tous les éléphants. C'est à se demander s'ils croient tout simplement au vote, si quelqu'un désigné par les militants aurait toute légitimité. Rappelons au passage que ces primaires seraient destinées à l'élection présidentielle opération urnesque destinée à élire le premier d'entre les premiers par le vote de tous. Peut-être que leur rousseauisme leur fait comprendre que le vote n'est pas légitime sur une petite communauté mais que sur une grande, comprenne qui pourra, il l'est.


Montebourg semble gêner par la détermination du corps électoral dans le cadre de ces primaires. Il veut que le vote soit réservé aux sympathisants de gauche et pour ce faire il voudrait faire payer, que le suffrage soit censitaire. Doit-on comprendre que les gauches sont des bourgeois ? On va encore pouvoir s'en donner à cœur joie devant les prochaines avancées démocratiques de nos socialos nationaux.

23 mars 2010

Leroy vote !?

Si vous allez sur Causeur vous aurez droit à un petit cours d'éducation civique distillé par Jérôme Leroy. C'est à se tordre de rire. L'ami - je dis l'ami mais en fait n'est pas mon ami qui est à ma table, liche comme un gros salaud au moins deux bouteilles et file à l'anglaise sans donner son obole - prétend qu'il vaut mieux voter, quitte à voter blanc ou nul, que de s'abstenir. Il y a différents arguments dans son texte, je les résumerai avec une seule de ses phrases :

"Le vote obligatoire, c’est l’ultime chance de les ramener dans le jeu, de leur montrer qu’ils peuvent changer la donne autrement que dans l’émeute et la révolte où ils perdent toujours à la fin et de leur faire comprendre que c’est sans doute ce que certains, par ailleurs redoutent le plus : qu’ils votent et que les choses changent radicalement mais sans violence."

C'est beau comme un Soulage dans une pièce noire. Je lui pose une question au Monsieur-j'ai-toutes-les-vertus. Comment voter pour le changement quand on a le choix entre l'UMP et le PS ? Pour compléter la question on ajoutera que l'UMP et le PS se partagent le pouvoir depuis plus de 40 ans, que la loi de financement des parties partis ne permet pas l'émergence d'un nouveau parti et que les votes blancs ou nuls ne sont pas pris en compte (ils sont certes comptabilisés mais les chiffres n'apparaissent pas à la télé et ils ne sont pas pris en compte à part entière dans les résultats).


Le seul moyen d'être visible est bel et bien de ne pas voter ! Le camarade Leroy aura peut-être remarqué qu'on a bien plus parlé des abstentionnistes que des voteurs-blanc-ou-nul, que ce sont bien ces déserteurs du bureau de vote qui font peur aux hommes politiques et pas ces pseudo-citoyens qui vont dans l'isoloir pour se cacher de ne rien faire. Dire non aux hommes politiques c'est bel et bien par l'abstention et pas autrement, c'est ce mode de calcul démocratique qui veut cela. Se déplacer pour ne rien dire n'a qu'un avantage, faire baisser le taux d'abstention ce qui renforce les hommes en place.


Dire qu'on est bon citoyen quand on fait l'effort de se déplacer vers un bureau de vote c'est se foutre un peu des gens et leur demander de se faire entuber à coup sûr. En rajouter en disant qu'on a la chance d'être dans un pays libre où on peut voter alors qu'au Zambalawi oriental on se bat pour cela c'est un chantage émotionno-démocratique qui n'est recevable que par les débilo-bobolches que ce même Jérôme Leroy dénonce à tour de bras ne se rendant plus compte lui-même avec ses articles anecdotiques à quel point il est comme eux.

 

08 juin 2009

Europe cabri, c'est pas fini

etron.jpgUne question me taraude après ce week-end de papiers dans l'urne. On n'interroge pas les Français sur le mode de fonctionnement du bordel européen - confiscation du vote sur le traité de Lisbonne - mais on leur demande leur avis pour choisir les membres qui vont l'appliquer et accessoirement pour leur programme politique. Accessoirement n'est pas de trop car on sait bien qu'ils ne vont pas appliquer le programme pour lequel ils ont été élus mais bien se ranger derrière les recettes toutes ficelées de la grosse Commission.

Comme je savais tout cela avant de me rendre au bureau de vote j'ai appliqué le théorème habituel qui sied parfaitement à cette grosse commission, n'en déplaise à certaines qui n'ont pas jugé utile de se déplacer, votez dur ou votez mou mais votez dans le trou !


07 novembre 2008

Corruption positive

segolene-plage.jpgSégolène Royal a promis mercredi aux adhérents qui veulent voter jeudi pour le congrès de Reims mais n'ont pas les moyens de payer leur cotisation, de faire en sorte de les "rembourser, en tout cas de trouver une solution". On apprend deux choses très intéressantes grâce à cette phrase.
1. Les papes de la modernité, du progressisme et du démocratisme, les seigneurs tout-puissant du droit, de l'égalité et de la choucroute laissent sous-entendre qu'il faut payer pour voter dans leur parti. Le suffrage censitaire ! Ils en sont encore aux heures sombres de notre Histoire, très très sombres même car du temps du Maréchal c'était déjà gratuit.
2. La grande prêtresse du bien, de la bravitude et de la participation, Marie-Ségolène Royal herself, ne fait rien qu'annoncer en public qu'elle lance une OPA sur l'électorat. Elle ne propose rien d'autre qu'acheter la voix des fauchés (avec l'argent de ses riches promoteurs).

Au fond tout cela n'est pas grave, la dame à de "bons sentiments" donc il serait déplacé de penser à mal. Vive la corruption positive !