Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 février 2014

Brèves d'un lundi

Avec la chandeleur et l'approche du carnaval on voit fleurir sur les étals des bugnes. J'aime bien les bugnes, mais pas les bugnes d'Ollioules ! Elles sentent l'huile et sont grossières comme une semoule sans bouillon.

 

Je viens de changer de boucherie. Le précédent, qui faisait le coin et s'appelait Lecoin, a été remplacé par un jeune qui s'appelle Lejeune. Mais comme il ne s'appelle pas Lebon je vais dorénavant chercher mon "singe" chez un dénommé Guenon. Véridict !

 

Il parait que Pépère va en visite d'Etat aux States. Je lui déconseille les hôtels nouillorquais. DSK et Richard Descoings peuvent en témoigner (surtout DSK...).

 

Jegoun, le plus grand blogueur de la Terre, justifie tout le nazisme et invalide le procès de Nuremberg d'un trait de plume. Pour lui l'élection permet tout. Loin de moi l'idée de dire qu'en démocratie il y a des valeurs supérieures à l'élection, qu'il y aurait une sorte de Bien universel indépassable. Supprimons tout simplement les élections et nous serons à l'abri de fléaux comme Hitler ou Hollande.

 

22 mai 2013

A la Bank Bank...

Me voilà à travailler depuis quelques semaines à la Bank-Bank Ben & Fils. Aujourd'hui de sémillants responsables de la "com" encravatés et surpayés sont venus nous distribuer des petites plantes dépolluantes pour nous remercier d'avoir baissé de 10% notre production de papier depuis 1 an. C'est mignon, c'est très beau, on va sauver la planète !


Sauf que c'est plutôt kafkaïen, orwellien ou URSSien car personne dans notre bureau n'est là depuis plus de 6 mois et en plus il nous est strictement impossible d'imprimer puisque notre imprimante nous a été tout bonnement retirée. Encore un symptôme de notre époque dite moderne. On nous félicite, et c'est bien la seule fois, de n'avoir pas fait une chose qu'il nous est impossible de faire. On me dira que ça crée de l'emploi...


15 avril 2013

Liseuse Kindle

Je me suis acheté une liseuse électronique pour pouvoir lire tranquillement dans le métro.*
Il y a aussi une boutique où l'on peut acheter le best-seller du moment, à savoir Marc Lévy*. C'est l'auteur le plus commenté, on peut d'ailleurs y trouver des commentaires de ce style : "Si les délais sont bien respectés, le fait que les livres ne soient pas filmés sous cellophane, ils arrivent un peu gondolés, c'est dommage, surtout quand c'est pour offrir !!"
Le commentaire pourra paraître affligeant mais il me semble qu'on ne peut pas faire plus intelligent à propos de Marc Lévy. C'est vrai, que reste-t-il d'un Lévy si le livre est gondolé ?


* La liseuse électronique a ça de pratique qu'on peut lire du Rassinier dans le métro, tout en passant par la station Sentier, sans s'attirer les foudres de qui que ce soit.


08 janvier 2013

Sur Mediavox (5)

J'avais oublié de vous signaler mon dernier édito sur Médiavox... C'est dire où en est mon égo.

In extenso ça donne ça :

 

A la fin de l’année il est de bon ton de dresser un bilan de la période écoulée. Ce n’est pas un exercice facile car il arrive qu’un évènement destructeur, comme une tempête ou un tsunami, se produise vers la fin décembre, rendant inaudibles ce bel effort des chroniqueurs. C’est aussi un exercice rendu difficile par le peu de recul que l’on peut avoir sur le temps présent alors qu’on tente de se muer en historien.

Par exemple la réélection d’Obama ne fera pas une ligne dans les futurs manuels d’Histoire. Son mandat sera vu comme une continuité. Est-ce que l’élection de François Hollande fera date ? Seulement s’il échoue lamentablement comme une baleine sur la grève privée de mobilité et donc condamnée à mourir sur place sous l’effet de son poids. Sinon il restera sans doute comme celui qui a continué la politique initiée par Nicolas Sarkozy tant au niveau national qu’au niveau européen. Ses promesses de campagne seront redécouvertes dans 30 ans dans des petits livres de miscellanées qui feront rire jaune les « bobolches » qui lisent ces stupidités.

Alors que peut-on retenir d’important de cette année 2012 sans jouer à celui qui a tout compris avant les autres ? Peut-être que l’Histoire, et c’est ce qui arrive souvent, retiendra un fait qui est passé relativement inaperçu de nos observateurs mais qui se révèlera déterminant pour le futur. On peut penser à l’euro. Qui a révélé fin 1992 que les Français avaient surtout voté pour la monnaie unique, que cette décision allait bouleverser tout un continent et l’emmener sur une voie hasardeuse ? A l’époque on glorifiait surtout l’avancée européenne, un traité qui allait favoriser l’expansion économique créatrice d’emploi, qui allait renforcer la paix etc. Personne n’a mis le doigt sur cette bombe à retardement qu’est la monnaie unique dans un espace qui n’est pas unifié. On pourrait dire que, entre autres personnes éclairées, Philippe de Villiers avait tout dit, mais son air goguenard et son phrasé le disqualifiaient auprès de tous ceux qui dénoncent les discriminations et le racisme mais qui le moquèrent sans vergogne.

Alors pour 2012 ? Ce sera sans doute le nouveau traité européen et sa règle d’or. Vous savez celui que Hollande prétendait avoir renégocié mais qu’il n’a fait que signer sans même une rature ni un nota bene. D’ailleurs la plupart des observateurs n’y ont vu que du feu pendant quelques semaines, c’est dire le niveau d’information auquel ont droit les Français. En lisant ce traité on pourra trouver aisément ce qui fera date cette année. Il s’agit des fameux 3% de déficit autorisé.

En réalité ceux-ci existaient déjà dans Maastricht (les fameux critères) mais sans aucune pénalité en cas de dépassement. Désormais ces 3% sont en réalité 0,5% et sujets à mesure de rétorsion. 3% en période de crise et 0,5% en temps normal, sinon des financiers estampillés « Bruxelles » viendront s’emparer des commandes budgétaires de votre pays. Voilà probablement le fait marquant de cette année, celui qui déclenchera toutes les tempêtes.

 

29 décembre 2012

Des révisionistes

Je vous livre une histoire vraie qui s'est déroulée dans un petit magasin de bricolage de banlieue. Les quatre personnages sont le vendeur tunisien, son collègue, une cliente tunisienne et moi qui n'interviendrai que par la pensée.


Vendeur - Carthage ? Tu connais pas Carthage ?
Cliente - Non, je connais pas.
Vendeur - Comment il s'appelait ?... Hannibal ! Vous n'avez pas appris ça en Histoire ?
Cliente - Non, vous savez moi l'Histoire de France...
Vendeur - Il y a un minimum quand même !
Collègue - Bah, t'as l'air calé en Histoire toi ?
Vendeur - Non, c'est la base quand même ! Vous savez où les Arabes ont été arrêtés en 404 ?
Moi - (En 404 ? A la porte d'Orléans ! Le gros sac bleu est tombé du toit...)
Cliente - J'en sais rien moi.
Vendeur - A Poitiers !
Collègue - Bah, t'as l'air calé en Histoire toi ? Je savais pas...
Vendeur - Non mais c'est la base quand même !



24 décembre 2012

Joyeux Noël

Pour ceux qui ne sont pas catholiques : "joyeux aïd el ranouka" ou "joyeux nivose".


20 décembre 2012

Sur Mediavox (4)

C'était aujourd'hui ma quatrième contribution.

 

Les temps ont vraiment changé avec ce nouveau gouvernement. L'insulte est moins agressive, plus décontractée et n'oppose pas les Français les uns aux autres. Ce n’est pas un hasard, il faut savoir s’y prendre. Sarkozy aurait dû comprendre cet adage si bien appliqué par tous les pouvoirs de gauche (criminels ou non) "pour tuer ton chien, dis qu'il a la rage". En effet Depardieu a d'abord été traîné comme il faut dans la boue avant qu'on lui porte le coup de grâce par le 1er ministre en personne, d'un "minable" qui ne se voulait pas attentatoire à la personne. Comme si Gauche de combat n'allait pas le prendre pour lui si je traitais son article de minable - ce qui n’est pas le cas, il me parait seulement inintéressant…

Ce qui est merveilleux avec ce gouvernement humaniste c'est l'unanimité qu’il arrive à dégager pour frapper un homme à terre, le terminer du plat de la main comme un lièvre gisant. Sarkozy avait au moins un talent, celui d’éveiller les bonnes consciences.

Car il y a quelque chose de très surprenant dans cette histoire. Qui a été le disciple de Jacques Delors ? Qui a voté tous les traités européens qui garantissaient le libre déplacement des biens et des personnes ? Qui au Bourget a fait son petit couplet sur les citoyens du monde ? Je ne dénoncerai pas en public, car je ne suis pas de gauche, mais il me semble que c'est quelqu'un qui semble trahir tous ses engagements en prônant le patriotisme économique. Que c'est facile d'agiter le chiffon du patriotisme quand on l'a pris pour un crachoir pendant des années. Il faudrait néanmoins apprendre à ces gens qui découvrent cette valeur, que le patriotisme n'a rien à voir avec l'argent. Il ne s'achète pas. Il fut un temps pourtant où les socialistes étaient les premiers à dénoncer le pouvoir de l'argent...

Patriotisme économique mais aussi solidarité. Quand on reçoit l'injonction d'être solidaire on se rapproche plus du racket façon cosa nostra. Tout ce qui découle du don à l'autre doit être volontaire sinon c'est du ressort de l'impôt, dans le meilleur des cas, mais en rien de la solidarité.

Quant à déchoir de leur nationalité tous ces « salauds » qui quittent leur pays au moment où il a le plus besoin d'eux, pourquoi pas ? A ce moment-là on pourra mettre dans la catégorie des « salauds » tous les étrangers qui viennent en France, abandonnant du même coup leur mère patrie. Soyons logiques.

Gérard, toi qui aimas tant la France et sa bonne bouffe tu fais bien de te barrer d’un land européen qui n’est plus qu’une assiette fiscale.

13 décembre 2012

Sur Mediavox (3)

C'était aujourd'hui ma troisième contribution.

 

Les Norvégiens, qui passent leur temps libre d'Européens les plus riches à conchier l'Union européenne, viennent de lui attribuer le prix Nobel de la paix. Il faut se pincer pour y croire ou ne pas voir là une nouvelle farce de ce comité. Quel plaisir pour ces gens de voir toute une brochette de chefs d’Etat se rendre à la distribution d’un prix comme des enfants attendant un bonbon. L’honneur et la dignité ne sont décidément plus de mise à notre époque. Imagine-t-on le général de Gaulle allant à Oslo chercher une médaille chez des gens qui se sont vautrés dans le nazisme pendant la dernière Guerre ?

Hélas, ou heureusement, le comité Nobel n’en est pas à son coup d’essai. On se souvient qu’il avait récompensé Obama au moment où celui-ci relançait la guerre en Afghanistan en triplant son contingent sur place et en mettant en place une contre-guerilla des plus oppressives pour le petit peuple afghan. Il y eut d’autres impostures célèbres par le passé, notamment celle d’Aristide Briand, qui fut bien un chantre de la paix mais à un tel degré de naïveté que cela en devint presque, a posteriori, de l’incitation à la guerre. Le Nobel de la paix en lui-même est une imposture, financé qu’il est par l’argent de la dynamite.

En mettant de côté ces premières observations on peut se demander néanmoins quel est le rôle de l'Union européenne dans la paix sur le continent ? Si on fait parler les faits de manière objective, à la façon d’un historien, on s’apercevra que son influence est proche de zéro. N’importe quel honnête homme qui n’est pas « euro-béat » reconnaîtra que c'est le parapluie atomique américain qui nous protégea contre les Soviétiques. Pour preuve, lorsqu'il perdit de son intérêt après la chute du Mur, c'est précisément à partir de ce moment que la guerre  refleurit en Europe (Yougoslavie, Kosovo). De plus il est difficile de ne pas reconnaître que l’Europe fit la guerre pendant cette soi-disant période de paix. Certes il n’y eut pas de guerre intra européenne, car les deux puissances l’interdisaient à leurs vassaux, mais il y eut d’autres guerres : la guerre d’Indochine, la guerre d’Algérie, la guerre en Irlande du Nord, la guerre des Malouines, les guerres coloniales portugaises, puis après la chute du Mur les guerres d’Irak, l’Afghanistan, et on en oublie… Et pour couronner le tout il existe la verrue chypriote, un morceau de terre de l’Union européenne en partie occupé et en guerre contre un Etat tiers, la Turquie.

Plus que l’Union européenne il existe une entité qui fut réellement en paix après la Guerre, ce fut le bloc de l’Est. Mis à part l’URSS, aucun des pays du pacte de Varsovie ne fit la guerre en Europe ni à l’extérieur (ils eurent même tendance à se laisser envahir…). Ce furent eux les vrais pays pacifiques que le Nobel aurait dû récompenser, et surtout leurs peuples, victime du communisme et de l’Ouest qui leur ficha … la paix.

06 décembre 2012

Sur Mediavox (2)

C'était aujourd'hui, ma deuxième contribution.

 

Notre ami Yves Delahaie, des Nouveaux démocrates, nous invite à débattre au sujet du mariage homo, dans un cadre républicain, à coup de « démocratie », de « république », de « laïcité », que sais-je encore. Que de gros mots sur un même clavier ! S'il est un sujet qui ne devrait souffrir aucun débat et qui n’a rien à voir avec la République c'est bien celui du mariage. D'ailleurs une société c'est une communauté humaine vivante et passée. Combien de nos parents et de nos lointains ancêtres auraient accepté que cette question arrive sur le tapis (peut-être sur le billot…) ? Certainement pas ceux qui manipulaient autrefois la francisque comme aujourd'hui un quidam son smartphone.

Le mariage est un des paradigmes ou au moins un des interdits fondateurs de notre civilisation, une des valeurs tabou qui lui est naturelle, comme l’interdiction de tuer ou de bouffer son voisin, ou comme l’interdiction de voler. Le remettre en cause, ce serait toucher aux fondements même de ce qui nous lie les uns aux autres (ce qu’on pourrait appeler « vivrensemble ») et fait que nous faisons partie, quoiqu'on en pense, d'une des civilisations les plus remarquables de l'Histoire. Le cardinal Barbarin avait bien raison de dire que les prochaines étapes seraient la polygamie et l’inceste, non qu’il sous-entendait que les homos nous emmèneraient sur la voie du vice (ce que ces derniers avaient – tiens, tiens… – compris dans ce sens) mais qu’il soulignait qu’une fois un des fondements de notre société brisé (sans jeu de mot…) il n’y aurait désormais plus aucun garde-fou. Et puis comment ne pas penser que des gens, des associations ou des officines qui ont toujours eu pour but de railler tout ce qu'il y a de conservateur dans notre pays veuillent tout d'un coup se battre pour que les homos aient accès à l'institution la plus conservatrice. Soit c'est une farce, soit c'est une attaque délibérée des forces de l’anarchie et de l’anti-France contre le mariage.
Quant à ceux qui réclament un referendum, il faut leur clouer le bec aussi. On ne détermine pas la température de cuisson des oeufs par un vote ! Le vote en lui-même n'a rien à voir avec la vérité, sinon on pourrait dire qu'Hitler, légitimé par des élections, était un démocrate.

Le paradoxe est donc de rentrer dans le débat pour dire qu’il ne devrait pas y en avoir, mais un second paradoxe, encore plus fort, serait de ne pas entrer délibérément dans un débat que nos ennemis (vous savez, le camp de ceux qui sont tolérants et ouverts aux autres) veulent nous refuser.

29 novembre 2012

Sur Mediavox

Mon aimable clientèle est informée que je pige pour quelques semaines chez Mediavox où je viens de prendre la suite de l'Amiral Woland.

 

L'actualité étant ce qu'elle est il convient peut être de dire deux ou trois choses sur les affaires de l'UMP. Certes ce n'est pas bien passionnant mais cela révèle certaines choses sur l'état de la droite en particulier et des partis dits « de gouvernement » en général.

Tout d'abord balayons d'un revers de main tous ceux qui trouvent cette situation tragique, pitoyable, indigne, que c'est une insulte aux militants. Depuis quand la politique se pratique sur un tas de serviettes de bain lavées à la soupline ? la suite